Initiative

Vous trouverez ici les informations les plus importantes sur l’initiative ainsi que des éléments de contexte.

Glencore empoisonne des fleuves en Colombie et l’air en Zambie. La multinationale bâloise Syngenta vend des pesticides mortels, alors qu’ils sont interdits chez nous depuis longtemps. Et les dirigeants du cimentier géant LafargeHolcim font des affaires avec la milice terroriste Daesh. Des multinationales ayant leur siège en Suisse continuent de violer les droits humains et les standards environnementaux minimaux. L’initiative pour des multinationales responsables empêche que les droits humains continuent d’être bafoués et l’environnement détruit. 

Notre initiative vise une évidence : lorsque des multinationales polluent l’eau potable ou détruisent des régions entières, elles doivent répondre de leurs actes.

Ne plus fermer les yeux: Les dirigeants des multinationales savent exactement où leurs activités entrent en conflit avec les droits humains. Mais nombre d’entre eux accordent plus d’importance à leur profit qu‘à la protection des êtres humains et de l’environnement. L’initiative pour des multinationales responsables est par conséquent nécessaire. 

Celui qui commet un dommage doit assumer ses responsabilités : Afin que les multinationales peu scrupuleuses respectent elles aussi la loi, les infractions doivent avoir des conséquences. Par conséquent, les multinationales devront à l’avenir répondre des violations des droits humains et des dommages environnementaux dans lesquels elles sont impliquées. 

Une solution proportionnée: La responsabilité civile est limitée aux sociétés sur lesquelles une multinationale exerce un contrôle effectif. Les entreprises responsables dans leurs activités n’ont rien à craindre. De nombreux pays ont adopté des lois analogues, par exemple contre le travail des enfants ou le commerce de minerais issus de zones de conflit. 

Pas d’avantage concurrentiel pour les multinationales sans scrupules: Les comportements irresponsables sont aujourd’hui récompensés et peuvent représenter un avantage concurrentiel. L’initiative vise à instaurer plus d’équité entre les entreprises progressistes et celles qui ne se soucient pas de leur responsabilité, et assure qu’à l’avenir toutes les multinationales respectent les droits humains et les standards environnementaux.

L’initiative s’applique à environ 1’500 multinationales. Les petites et moyennes entreprises (PME jusqu’à 250 employé-e-s) ne sont pas concernées par l’initiative à moins qu’elles ne soient actives dans des secteurs à risque comme le commerce d’or. Cette exception pour les PME fait sens, car une boulangerie suisse ou un cordonnier ne viole pas les droits humains et les standards environnementaux. 

Des multinationales ayant leur siège en Suisse ne cessent de violer les droits humains et mépriser les standards environnementaux. Cet exemple montre qu’il nous faut des règles contraignantes pour garantir la protection de l’être humain et de l’environnement :

Violences au Pérou

Des vidéos violentes prises au Pérou montrent comment autour de Noël 2018, les agents de sécurité de Glencore ont attaqué des paysannes à coups de pierres pour les expulser de leurs terres ancestrales.

Il s’agit de la même mine qui faisait déjà les gros titres en avril 2018 : à l’époque, des policiers et des employés de Glencore avaient expulsé violemment des femmes péruviennes pour agrandir l’espace de leur mine de cuivre, à n’importe quel prix.

L’initiative pour des multinationales responsables est portée par une coalition d’une ampleur sans précédent, composée de 120 organisations actives dans le développement, la défense des droits humains, des droits des femmes et de protection de l’environnement, des organisations ecclésiastiques, syndicales et coopératives ainsi que des organisations d’actionnaires. Entre autres acteurs issus des Églises, les deux oeuvres d’entraide Pain pour le prochain et Action de Carême jouent également un rôle essentiel pour l’initiative depuis son lancement.

La plateforme «Églises pour multinationales responsables» donne de la visibilité au soutien des Églises en faveur de l’initiative.

De nombreux autres soutiens :

  • Plus de 250 comités locaux portés par plus de 12’000 bénévoles informent la population dans leur commune au sujet de l’initiative.
  • Les entrepreneur-e-s qui soutiennent l’initiative ont formé un comité «Économie pour des entreprises responsables»
  • Plus de 100 politicien-ne-s s’engagent au sein du «Comité bourgeois pour des multinationales responsables»

L’initiative se fonde sur deux principes fondamentaux du message biblique et de la foi chrétienne : La conservation de la Création et la dignité de l’être humain.

Nous, les êtres humains, portons tous la responsabilité de la Création que Dieu nous a confiée, pour notre plus grande joie et notre plus grand souci. Et en tant que créature, chaque être humain possède une dignité inaliénable. Dieu soutient les opprimés et leur rend justice. Et il nous prend tous comme ses collaboratrices et collaborateurs.

Ainsi, soutenir les objectifs de l’initiative pour des multinationales responsables est une évidence pour les Églises. L’initiative permet de faire cesser la maltraitance d’êtres humains et le pillage de la Création.

„Ouvre ta bouche, juge avec justice, Et défends le malheureux et l’indigent. » (Pr. 31,9)

×
Partagez votre citation sur Facebook, par email ou par WhatsApp!
×

Cherchez selon:

  • Le nom d’une personne
  • La fonction d’une personne
  • Un lieu